Oui, il est possible de multiplier par deux sa compétence d’expression en français uniquement en connaissant un truc facile.

Quand je dis ça à mes élèves, alors leurs yeux et leurs oreilles s’ouvrent encore plus et ils accordent tout d’un coup beaucoup plus d’attention au professeur.

Cela relève de la grammaire, mais aussi des stratégies compensatoires, c’est-à-dire des moyens que l’on met en œuvre pour compenser, par exemple, du vocabulaire que vous ne connaissez pas encore. Ce truc, c’est la négation.

Voici ce que vous pouvez expliquer à vos élèves :

Tout ce que vous pouvez déjà dire de manière positive (je suis, je veux, je vais…), vous pouvez avec la négation le dire de façon négative (je ne suis pas, je ne veux pas, je ne vais pas). C’est 50 % de français en plus…

Et voici maintenant un petit cours que vous pouvez utiliser avec vos élèves.

En français, il y a plusieurs types de négation, mais la plus importante et la plus facile, c’est la forme « ne… pas ».

Comment ça fonctionne ?

Ce n’est pas compliqué. Il suffit de place le mot ‘ne’ devant le verbe conjugué et le mot ‘pas’ juste derrière le même verbe conjugué. Un exemple :

Je vais à Paris. -> Je NE vais PAS à Paris.

Attention à la prononciation : le ‘ne’ se prononce [nə] et le ‘pas’ se prononce [pa] (ne jamais prononcer le ‘s’).

Voici en vidéo quelques exemples :

 

Attention aux verbes commençant par une voyelle ou un ‘h’. Avec ces verbes, le ‘NE’ perd la lettre ‘e’ et gagne une apostrophe (‘), afin que la prononciation du français reste fluide. Par exemple :

Il aime les fruits -> Il n’aime pas les fruits.

Voici en vidéo quelques exemples du « n’ » :

 

La négation de deux expressions indispensables : « c’est » et « il y a ». On ne peut pas commencer à apprendre le français sans connaître « c’est » et « il y a ». Il est donc utile de connaître comment ces expressions sont utilisées dans une négation.

c’est -> ce n’est pas

Il y a -> il n’y a pas

Reconnaissez la bonne phrase négative avec cet exercice :

Essayez la négation avec cet exercice :

 

La négation et le français familier : Dans le français familier, très souvent le « ne/n’ » n’est pas prononcé. En français familier, au lieu de dire :

« Je ne vais pas au supermarché. »
on dira :
« Je vais pas au supermarché. »

Ecoutez :

L’important est …

de ne pas oublier le « pas » juste après le verbe conjugué. Mais alors, pour vous, les apprenants, que dire ? Je vous conseille d’apprendre la forme normale de la négation (le « ne/n’ … pas »), car cette forme est neutre, et pourra être très utile un jour à l’écrit ou dans des conversations plus soutenues.

La négation et les contraires : Maîtriser la négation vous aide si vous ne connaissez pas le contraire des verbes. Vous voulez dire que vous détestez quelque chose, mais vous ne connaissez pas le mot « détester » ? Utilisez la négation : je n’aime pas.

Un outil pour survivre :

Le mot « pas » peut être utilisé comme un outil de survie très utile.
– Situation de description : vous voulez décrire quelque chose et vous ne connaissez pas tous les mots, mais vous connaissez les contraires. Il vous suffit d’utiliser le mot contraire avec « pas ». Pour les adjectifs : « pas grand » (donc petit), « pas gros » (donc mince), « pas vieux » (donc jeune), etc. Pour les adverbes : « pas vite » (donc lentement), « pas gentiment » (donc méchamment), etc.
– Situation d’injonction (français comme pourrait le parler Vendredi avec Robinson) : pas toucher, pas faire ça, pas comprendre.

Liberté et souplesse : La négation vous aide non seulement à doubler votre compétence en français, mais vous offre une plus grande liberté d’expression, une plus grande souplesse.

Mais bien évidemment, la pratique, les exercices, les jeux autour de la négation sont indispensables pour automatiser cet aspect indispensable du français. Je vous souhaite un cours agréable avec vos élèves.

Fermer le menu